Portail de l’accueil temporaire

et des relais aux aidants

Vous êtes iciActualitésRépit pour les aidants familiaux : l’hébergement temporaire des malades améliore leur sommeil.

Répit pour les aidants familiaux : l’hébergement temporaire des malades améliore leur sommeil.

« Le rôle de l'aidant est capital dans la prise en charge d’un malade atteint de démence, car il contribue à maintenir l'autonomie du patient et à préserver les liens affectifs. Toutefois, cette charge est souvent ressentie comme un fardeau. Les troubles du sommeil sont un signe avant-coureur de l'épuisement qui doit être pris en considération. C’est dans ce contexte qu’une équipe anglaise a voulu étudier l’impact d’une courte période de répit sur les troubles du sommeil de trente neuf patients ambulatoires présentant une démence ainsi que sur celui de leur aidant principal. Afin de soulager les aidants, les patients ont été admis pendant 2 semaines dans des lieux d’hébergement temporaire où ils ont reçu les soins habituels. Les aidants ont continué à vivre chez eux. Trente trois couples aidants/patients ont complété la totalité de l’évaluation. La qualité et la durée du sommeil ont été mesurées pendant 6 semaines (2 semaines avant, pendant, et après l’hébergement des patients) chez les patients et les aidants, à l’aide d’un actimètre de poignet mesurant les mouvements. La qualité de vie et la qualité du sommeil ont été évaluées à l’inclusion par des questionnaires appropriés. La qualité du sommeil a été surveillée pendant la durée de l’étude avec un agenda et une échelle de somnolence diurne. A l’inclusion, les patients et plus des trois quarts des aidants présentaient des troubles du sommeil. Durant la période où ils étaient déchargés de leur proche, les aidants ont augmenté de façon significative leur temps de sommeil nocturne, celui passé au lit pendant la nuit et la qualité subjective de leur sommeil. En revanche le placement en centre d’accueil temporaire a augmenté le délai d’endormissement, réduit le temps de sommeil nocturne et fragilisé le rythme circadien des malades. Ainsi, l’hébergement pendant deux semaines des patients présentant une démence améliore le sommeil de leur aidant, mais pas celui des malades. Ces travaux doivent être poursuivis pour trouver des stratégies permettant d’éviter une dégradation du sommeil de ces patients pendant ces périodes de répit.

(Lee D et al. J Am Geriatr Soc. 2007;55:252-258) - Bf 990-2006

Date de l'événement: 
Lundi, Mars 19, 2007

Documents, liens

X

CAPTCHA

Veuillez cocher cette case pour vérifier que vous n'êtes pas un robot !
7 + 5 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.