Portail de l’accueil temporaire

et des relais aux aidants

Vous êtes iciActualitésPour certains personnels des MDPH, les parents de personnes handicapées sont vraiment des enmerdeurs

Pour certains personnels des MDPH, les parents de personnes handicapées sont vraiment des enmerdeurs

de JJ OLIVIN, Président du GRATH


Il y a des jours où ça déborde.


Je vous raconterai la dernière histoire belge prochainement, mais là je vous en raconte une de la MDPH des Yvelines qui se veut un département phare pour le handicap et qui va sûrement le devenir comme cela. Parce que le rouge de la honte, cela peut effectivement faire un beau phare. 


Bien sûr, tous les fonctionnaires des MDPH ne sont pas comme celle, parfaitement indigne de sa fonction, qui a blessé la maman qui envoie le courrier ci-dessous au Ministre, mais il y a tellement d'autres façons de les blesser en traitant avec retard leurs dossiers, en les renvoyant d'un bureau, d'une procédure à l'autre, en n'apportant pas les solutions qui s'imposent mais que l'on va pourtant chercher au même prix en Belgique, en ne remboursant plus des frais de transports vers des accueils de jour ou temporaire, et j'en passe.


Avec la Loi relative à l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, on allait voir ce qu'on allait voir.


On voit !


Je vous laisse lire ce qui n'est qu'une péripétie dans le parcours de cette maman qui a déjà tant subi de la part d'une administration censée l'aider et qui ne voit pas la fin de son calvaire...


Madame, Monsieur,


 


                        Nous sommes les parents de Loïc, 26 ans Autiste Asperger (et plusieurs autre syndromes en cours de recherches), orientation FO/FAM et taux d’handicap de 80% depuis le 01/09/2007.


                        Il y a quelques jours j’ai téléphoné à la Coordination Handicap Local (CHL) de Mantes la Jolie (mon seul interlocuteur avec la MDPH dont cette coordination dépend) afin de demander un dossier de carte d’invalidité pour mon fils, que j’ai reçue le lendemain.


                        Aujourd’hui, en étant étonné de la demande d’un dossier médical à remplir par mon médecin (il y avait déjà ce dossier joint a son demande de réorientation en septembre 2007) j’ai rappelé le CHL pour des renseignements.


 


Voila la conversation téléphonique que j’ai eue avec une des secrétaires :


 


-Bonjour, je suis Mme Maho, je vous appelle au sujet du dossier de carte……


-On vous l’a envoyée !


-Oui je l’ai reçue, je voudrais juste savoir si le dossier médical est nécessaire.


- Je ne sais pas moi !


-C’est juste que j’ai joint déjà un dossier médical à sa demande de réorientation et je me disait que le même pourrais servir pour la carte.


Comment voulez vous que je sache pour votre carte !


Cette personne pensait me couper à ce moment pour me passer Mme Pouillot, mais elle s’est sûrement trompée de bouton car la suite m’a choqué.


- c'est encore elle avec son dossier de carte!!! Elle me gonfle!!! Qu'est-ce qu'elle me prend la tête avec ses histoires de dossiers!!!


Je suis tombé sur un répondeur, où j’ai laissé un message très net, que c’est honteux d’entendre ce genre de propos.


J’ai rappelé le CHL, je me suis présenté, et sans bonjour ni quoi que ce soit,


-Je vous passe Mme Pouillot !


Encore une fois elle s’est trompée de bouton.


-Elle me saoule grave celle la, avec ses dossiers !!! (Elle continue envers sa collègue « Mais ça sonne de partout la, je ne peux pas tout faire !!!)


              


                        J’en ai fait part aussitôt à Mme Pouillot de cette conversation entendue, car pour autant que je ne suis pas handicapé moi-même, et je peux me défendre, c’est ce genre de propos qui a fait que mon fils a régressé au point où il est.


                        Je connais Mme Pouillot depuis qu’elle a pris cette poste (d’abord à Houdan) et pour autant que je suis persuadé que je « gonfle, saoule et prends la tête » elle a toujours fait son maximum avec respect. J’ai eu, dans le passé, des contacts quasi journalières avec Mme Pouillot, afin de trouver des solutions adaptées a notre fils, mais cela faisait six mois que je ne l’ai plus contactée, car j’avais trouvé une solution temporaire moi-même depuis septembre 2007.  En étant parent, on n’a que peu d’interlocuteurs, et sûrement qu’on est envahissant avec nos questions, nos requêtes, nos demandes sans cesse, mais nous on n’a aucun choix. Si cette secrétaire trouve que les personnes handicapées lui « prends la tête » sa place est ailleurs.


                        J’ai téléphoné aussitôt a la MDPH, et j’étais reçue dignement au téléphone, et ensuite on m’a rappelé pour plus de détails, la personne aussi en étant choquée par cet appel.


Je suis, ce soir, profondément choqué, je n’ai plus envie de prendre contact avec le CHL, je n’ai plus confiance, mais mes premières pensées sont pour les personnes handicapées seules, qui doivent appeler eux-mêmes ce CHL. Ce sont des personnes déjà accablées par un handicap, souvent avec un sentiment d’infériorité, et un sentiment de gêner le monde « normal » et en plus avec une impression de « mendier » le moindre allocation ou aide. Les larmes me montent aux yeux en pensant que mon fils aurait pu entendre ces propos.


                        J’ai fait partie d’un panel au Conseil Général des Yvelines pour débattre sur un questionnaire pour les besoins des personnes handicapés, ou il était question que les Yvelines soit un département « phare » pour la mise en place des MDPH et CHL. Comme les phares, on voit briller la lumière, mais on ne peut pas s’approcher, sinon on se fait brûler et on ne touche plus.


                        Le syndrome (Asperger) particulier, mais très répandu, de notre fils, fait que nous-mêmes on pèse, on réfléchit, on est attentifs a chaque mot, chaque phrase. Il a subi ce genre de propos dans un Atelier Protégé, de la part de ses patrons et ses collègues, ce qui a résulté dans son déclin d’un jeune, avec un BAC et son permis, a un handicapé qui ne trouve pas sa place, se sentant délaissé et mal aimé par tous, a part ses parents. C’est une honte, et je suis blessée profondément.


                        Cette personne aura tout au plus un avertissement, mais personnellement je n’oserais plus contacter ce CHL.


 


Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de notre considération distinguée


 

Date de l'événement: 
Jeudi, Février 28, 2008
X

CAPTCHA

Veuillez cocher cette case pour vérifier que vous n'êtes pas un robot !
1 + 19 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.